Après le Sénégal, Haiti a sa Coupe du Parlement

La Coupe du Parlement marque, chaque année, l’ouverture de la saison du football au Sénégal et c’est pour les députés une opportunité de témoigner publiquement leur soutien au sport national et le football en particulier. Une enveloppe de 10 millions de francs CFA environ est remise chaque année en pleine assemblée ou se déroule également le tirage au sort de ce championnat organisé de concert avec la fédération nationale.

Le Président de la Chambre des députées en Haïti vient d’innover aussi en ce sens, en signant, également, au nom de ses pairs, le protocole d’accord instituant la coupe du Parlement haïtien, consacrée exclusivement au football féminin. Le protocole d’accord, signé avec la Fédération Haïtienne de Football, s’étend sur une période  de 5 ans et une première enveloppe de 3.5 millions de gourdes, issue de la rubrique subvention du budget du parlement sera débloquée dans les prochains jours pour le lancement du championnat. Le championnat national de football féminin était dans l’impasse depuis juillet 2017 et n’a pu être réalisé faute de moyens financiers.

Intervenant sur la question, le Député Gary Bodeau tenait à expliquer que d’autres mesures structurantes, dont un cadre légal plus favorable au financement du secteur sportif et autres activités impliquant les jeunes demeurent la priorité. Toutefois, explique-t-il, ce premier acte constitue un effort de proximité et d’engagement concret auprès de la jeunesse, notamment ces jeunes joueuses qui viennent de participer à la Coupe du Monde des moins de vingt ans en France.

Il ne s’agit pas de remplacer les autres institutions vouées à cette fin, souligne le jeune député de Delmas. Il s’agit plutôt d’un effort de solidarité visant à donner le ton quant à l’urgente nécessité pour tous les citoyens et les secteurs vitaux de la nation de commencer à s’impliquer socialement. 

Avec la création de la Coupe du Parlement, les joueuses auront un cadre de compétition beaucoup plus professionnel et des activités régulières durant l’année pour pouvoir rester en jambes.

Les responsabilités institutionnelles du parlementaire ne peuvent servir d’échappatoire quant à la nécessité pour tout un chacun de contribuer au développement des activités saines au sein de la société et de sa communauté, pourvu qu’on reste dans un cadre légal. Les ressources sont maigres et les problèmes sont multiples. Men anpil chay pal ou.

Please follow or like us:

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*